Ni un blog, ni un journal. Une seule page. J’en aurais trop long à raconter, alors je ferai court. Pour ceux qui me connaissent, je dirai au revoir et merci d’avoir lu mes petits billets et admiré mes fleurs, bavardages et insectes byzantins durant toutes ces années. Pour les nouveaux venus au hasard d’un clic, je dirais quelque chose comme :

Quatre éléphants, une tortue et un serpent – Hindous (Inde)
PHOTOGRAPHIE DE GUILLAUME DUPRAT
Source : https://www.nationalgeographic.fr/espace/non-la-terre-ne-repose-pas-sur-le-dos-dune-tortue-geante

Je n’ai rien d’autre à faire de mes grandes journées à part cultiver mon jardin et lire tout ce qui me tombe sous la main. Des livres. Le soir j’écris dans ma tête. Ici, c’était supposé devenir un blog qui se transforme en n’importe quoi, mais il s’est métamorphosé en rien parce que je n’ai plus le moindre désir d’écrire en ligne ; surtout écrire du html et apprendre + taper des codes qui changent tout le temps. Je vis à Montréal. Seule. Ni un chat, ni un chien à promener (Et j’attrape le rhume pareil quand il pleut).

« Faire de l’ikebana ou tracer un trait de pinceau sont deux gestes aussi uniques que réels. On pourrait résumer l’histoire de sa vie en un seul trait, c’est possible. »

[Chögyam Trungpa, in Darma et créativité.]

Annie